Patrimoine, culture et recherche en domaine d'Oc : le blog de la médiathèque inter-régionale occitane

La légende de sant Jòrdi prend vie sous le crayon de Vincent Roussillat

Pour célébrer la Sant Jòrdi, fête mondiale du Livre, le CIRDÒC a commandé une œuvre originale à l’artiste montpelliérain Vincent Roussillat. Originaire d’Orléans, Vincent Roussillat est installé dans la région depuis des années comme illustrateur indépendant après avoir étudié les Arts appliqués à Paris. Le CIRDÒC lui a demandé de mettre en images la légende [...]

Plongée dans les collections de la Médiathèque du Grand Narbonne

Depuis quelques mois, la Médiathèque du Grand Narbonne propose en ligne via son blog patrimonial, une plongée dans ses collections et l’histoire de cette ville et de sa région. Une source de renseignements sur le patrimoine narbonnais et audois Des articles documentés et abondamment illustrés sont régulièrement postés sur différents thèmes touchant à l’histoire et [...]

Nouvelle édition de Vert Paradis

Dans le cadre de la nouvelle édition de « Vert Paradis, une table-ronde et des lectures publiques sont prévues le 18 décembre 2012 à 18 h 30 à la Médiathèque E. Zola de Montpellier.   Table-ronde autour de l’œuvre et son auteur La Table-ronde sera animée par Philippe-Jean Catinchi, chroniqueur au Monde des livres, et réunira Roland Pécout, écrivain [...]

Lo Congrès: lancement du site internet

Le site internet du Congrès permanent de la langue occitane, né le 16 décembre 2011, a été lancé cette semaine, portail d’accès à de nombreux outils linguistiques de référence. Les utilisateurs naviguant sur le site pourront découvrir plus en détail cette jeune institution, née l’an passé au mois de décembre; et les différentes missions qui [...]

Sponsus, l’oratorio en création mondiale à Toulouse.

Le 27 novembre 2012 a été donné en première mondiale à l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines à Toulouse un oratorio contemporain. Créé à partir du Sponsus, drame liturgique anonyme bilingue (40 vers en occitan, 47 en latin) du XIe siècle qui proviendrait de l’abbaye Saint-Martial de Limoges. Le Sponsus met en scène la parabole biblique des [...]

FERIAS A L’HEURE OCCITANE

Publicat lo 14 août 2012
per Bibliotecari

A Bayonne, le prosei gascon, à Béziers, le vilatge occitan; à Dax, pour la première année, la bodega occitane Au Pit !… Plus que jamais en 2012, les Férias vibrent en occitan.

Férias en Occitanie

Moment de fêtes et d’échanges, les férias du sud de la France, sont également pour la plupart d’entre elles, dont les plus importantes et les plus connues (Bayonne, Dax, Mont-de-Marsan notamment), des éléments à part entière du patrimoine culturel immatériel de ces régions.

Fêtes votives, s’appuyant sur le culte du Saint Patron de la ville, intégrant pour la plupart des spectacles taurins empruntés aux coutumes de la proche Espagne, les Férias s’accompagnent d’un ensemble de gestes et coutumes. Bandas, bodegas, tenues typiques des festayres (du gascon Hestaire), sont autant de marqueurs d’une communauté festive, puisant dans l’identité des territoires.

Les mentions et rappels de la part occitane de ces territoires, présents dans certaines de ces férias depuis des années, se multiplient aujourd’hui. Ils sont autant de renvois à l’identité occitane de ces territoires, intégrés à la fête, pour des échanges entre traditions et modernité.

Au Pit ! « La Hèstas a hum ! / La fête à fond »

Ouvert cette année grâce au travail de l’association Effet mer, à l’origine du festival “Nas de Guit / Nez de Canard » de Vieux-Boucau, et à la demande du Comité des fêtes de Dax, Au Pit! constitue une nouveauté des férias 2012 de Dax.

Langue et culture occitanes s’insèrent ainsi dans le programme des festivités dacquoises. Pour les néophytes, quelques rudiments d’occitan permettent de découvrir la langue, et quelques chansons gasconnes leurs sont présentées, qu’ils pourront par la suite entonner au son des bandas, pour vivre la fête à l’heure occitane.

Une programmation variée, alternant musiques et danses, avec la présence de plusieurs groupes occitans (ce soir: Familha Artús et demain, le bal de Minvielle), et poésie gasconne, en prémice des rencontres littéraires de l’Hestiv’oc à Pau. L’occasion pour les festaires qui le souhaitent de poursuivre un peu plus la fête (jusqu’au 19 août), plus au sud mais toujours en oc !

Un peu plus à l’est, à Béziers, et jusqu’à demain soir, découvrez le vilatge occitan. Une spécificité biterroise organisée depuis quelques années par l’association Lo Camèl de Fuòc (balètis, concerts, animations pour les enfants). Au programme ce soir, La Meute rieuse puis Les Barbeaux, et demain: Sors Les Mains d’Tes poches pour un bal des familles.

En savoir plus:

Site Internet de la ville de Dax: ICI.

Site Internet du Camèl de fuòc à Béziers: ICI.

Site Internet Hestiv’oc: ICI.

JEP 2012, ouverture d’une gustatèca éphémère

Publicat lo 18 juillet 2012
per Bibliotecari
Venez participer !
Nos façons de manger, de cultiver, de cuisiner représentent un patrimoine vivant à transmettre. Le Dimanche 16 septembre prochain, dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, le CIRDOC vous invite à venir apprendre, goûter et partager les trésors méconnus du patrimoine gustatif : ateliers sensoriels, découvertes de produits oubliés, échanges de recettes et tournemains… La médiathèque ouvre pour l’occasion sa “gustatèca” éphémère.

Y-a-t’il une gastronomie occitane ? La cuisine est un enjeu culturel, comme l’a confirmé l’intérêt porté à la classification du repas gastronomique français à l’UNESCO. La question de l’existence d’une cuisine typiquement occitane est toutefois complexe. D’un bout à l’autre de l’Occitanie, les produits varient en fonction du climat, des terroirs, si bien que chaque région semble proposer ses produits typiques. Elle est par ailleurs terre de carrefour entre le nord de la France, l’Italie et l’Espagne, terre d’entrée également, par ses nombreux ports et voies d’échanges, de produits divers et ce depuis des siècles. Des axes forts se retrouvent toutefois, comme les temps de fête communément célébrés d’un bout à l’autre de l’Occitanie (bien que les produits présents sur les tables soient susceptibles d’évoluer), carnaval, Noël par exemple. C’est aussi l’utilisation de termes occitans pour désigner les plats, comme la bouïa-baisso, la bouillabaisse qui porte son nom du fait que l’on amène à ébullition puis qu’on baisse le feu, et l’importance de la viticulture en pays d’oc. Notons pour finir, la fréquence d’emploi de l’aïl dans les plats occitans, comme le souligna le félibre Auguste Fourès de ces quelques mots: « Vive l’ail ! Je crois ma parole d’honneur ! Que c’est l’ail qui a fait la langue d’Oc si énergique et si vibrante ! Qui vol d’al ! »

Participez au collectage de la mémoire gustative de notre région !

Qu’est-ce qu’une Gustatèca ? L’occasion de découvrir des recettes anciennes et traditionnelles des pays d’oc à travers une expérience ludique et intéractive. L’occasion également pour vous de participer à la collecte de la mémoire culinaire de notre région. Les recettes de cuisine de nos familles sont des madeleines de Proust nous renvoyant à l’enfance. Trésors familiaux, parfois secrets soigneusement gardés, elles sont également le fondement d’un héritage commun. Le patrimoine gustatif de nos régions constituent des savoirs-faires et traditions ancrées au coeurs de nos sociétés, ponctuant les saisons, offrant des temps de fête et d’échanges. Afin de monter sa Gustatèca, le CIRDOC a besoin de votre aide pour récolter et sauvegarder les recettes de famille de la cuisine régionale, en occitan mais aussi en français. Ces recettes feront l’objet d’une publication via une édition numérique sur la médiathèque occitane: www.occitanica.eu

Pour participer vous pouvez envoyer vos recettes : Par courrier: 1, bis blvd Du Guesclin, 34500 Béziers Par mail: secretariat@cirdoc.fr

La date du 31 mars avait été scrupuleusement notée depuis des semaines dans les agendas occitans. Partout en France ce même jour, les militants des langues régionales se sont rassemblés: 8000 bretons à Quimper, … basques à Bayonne, 300 corses à Ajaccio… et 30’000 occitans venus de tous les pays d’Oc de l’Atlantique aux Alpes, de la Loire aux Pyrénées. .

Anèm òc per la lenga occitana

A quelques semaines de l’élection présidentielle, la quatrième édition de “l’occitan pride” revêtait pour tous un enjeu particulier. De nombreuses personnalités politiques sont venus apporter leur soutien : Élus des Régions occitanes, candidats à la présidentielle ou leurs représentants s’étaient ainsi joints au cortège, la plupart ayant réaffirmé leur volonté de faire ratifier la Charte européenne des langues régionales et minoritaires (voir ci-dessous) et de donner un meilleur cadre législatif pour la promotion de la diversité linguistique en France.

La question des langues en France a fait irruption dans les médias pendant tout le week-end. Pour en savoir +, voir la revue de presse ci-dessous.

Nous retiendrons la réaction de Daniel Pennac, invité sur le plateau de France 3 (Soir 3 du 31/03/2012) et invité à réagir aux manifestations qui se sont déroulés à Toulouse, Bayonne, Perpignan, Quimper, etc. :
“Aucune langue n’a quoi que ce soit à gagner de la disparition d’une autre.”

La Charte européenne des langues régionales et minoritaires

Adoptée en 1992, la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, entend protéger et promouvoir les langues historiques régionales et langues des minorités en Europe, défendant la reconnaissance de celles-ci comme expression de la richesse culturelle de l’espace européen (Charte européenne des langues régionales ou minoritaires de 1992, Partie II, Art. 7 1.a).

La charte engage les États l’ayant ratifiée à mettre en place tout un panel d’actions destinés à favoriser la pratique orale et écrite de ces langues dans les différents secteurs de la vie publique (Justice, Administrations et Services Publics) mais également secteurs-clés agissant pour la transmission et l’usage de la langue : (Enseignement, Recherches et Médias). La charte ratifiée, les États sont tenus de remettre périodiquement des rapports témoignant des efforts effectués en respect de la Charte.

Une première tentative de ratification de la Charte par le gouvernement Jospin eut lieu en 1999, mais n’a pu aboutir suite à l’avis défavorable du Conseil Constitutionnel.
En 2012, la Charte européenne des Langues est appliquée dans 24 pays européens, notamment chez nos voisins britanniques, allemands et suisses.

Depuis 2008, la révision constitutionnelle a intégré l’article 75-1 à la Constitution française, établissant que « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ». Dans son ouvrage La Constitution (Paris, Le Seuil, 2011), Guy Carcassonne, constitutionnaliste, indique que cet article peut constituer un fondement à la ratification de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires.

Langues régionales et minoritaires

Sur Médiapart, Henri Giordan, Renaud Lescuyer, Belkacem Lounès et Yves Plasseraud font une analyse des différentes positions des candidats à la Présidentielle et rappellent que la question linguistique ne se borne pas aux langues dites “régionales”,
“Pour que la France participe pleinement de ce mouvement, il nous paraît indispensable d’engager une politique soutenant l’ensemble des langues en France. Les langues régionales certes, du basque et du breton au corse et à l’occitan, mais aussi les langues minoritaires, « non-territoriales », des communautés présentes dans notre pays : langues juives, yiddish et judéo-espagnol, rromani, arménien, berbère, arabe dialectal, sans oublier l’ensemble des langues des Départements et Territoires d’Outre-Mer.
Il est très surprenant que ces langues « non-territoriales » ne soient mentionnées par aucun des candidats à l’élection présidentielle. Il faut pourtant se saisir de l’ensemble de ces réalités linguistiques et culturelles pour être en mesure d’inventer une politique novatrice favorisant la créativité et la paix sociale.
Pour que cela soit possible, il convient d’imaginer des solutions politiques nouvelles.” (pour consulter cet article: cliquer ICI).*

Revue de presse-médias sur la mobilisation “Anèm Oc per la lenga occitana !”

- http://www.ladepeche.fr/article/2012/04/01/1320534-manifestation-pour-l-occitan-la-longue-marche-de-toulouse.html
- http://midi-pyrenees.france3.fr/info/des-milliers-de-voix-pour-l-occitan-73219754.html
- http://www.lindependant.fr/2012/04/01/30-000-voix-a-toulouse-pour-l-occitan,128005.php
- http://www.laprovence.com/article/a-la-une/un-millier-de-provencaux-ont-defendu-loccitan-a-toulouse
- http://www.ladepeche.fr/article/2012/04/01/1320493-la-metropole-occitane.html
- http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/31/1320084-la-nouvelle-vague-occitane.html
- http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/bretagne/la-defense-des-langues-regionales-en-france-01-04-2012-1653364.php
- http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/03/31/97001-20120331FILWWW00382-manifestations-pour-les-langues-regionales.php
- http://www.sudouest.fr/2012/04/01/une-loi-pour-clore-le-debat-675648-710.php
- http://www.laprovence.com/article/a-la-une/manifestation-a-toulouse-samedi-pour-la-defense-des-langues-occitanes (sic !)
- http://www.niouzes.org/lettres-langue-francaise/668916-manifestation-toulouse-samedi-pour-la-defense-des-langues-occitanes.html
- http://www.lindependant.fr/2012/03/31/a-bonne-ecole,127667.php
- http://carredinfo.fr/contre-le-concept-un-etat-une-langue-les-occitans-demandent-aux-candidats-de-se-positionner-8942
-http://www.rtl.fr/actualites/politique/article/de-quimper-a-toulouse-ils-manifestent-pour-leur-langue-regionale-7746121704
- http://www.francesoir.fr/actualite/politique/langues-regionales-une-bombe-politique-204041.html
- http://www.lejpb.com/paperezkoa/20120331/331949/fr/Des-milliers-personnes-attendues-a-Bayonne-pour-langue-basque
- http://taban.canalblog.com/archives/2012/03/19/23806344.html#comments
- http://www.midilibre.fr/2012/03/30/a-toulouse-les-occitans-donnent-de-la-voix,479036.php
- http://www.toulouseblog.fr/article-16412-a-toulouse-mobilisation-pour-langue-occitane.html – http://midi-pyrenees.france3.fr/info/30-000-personnes-attendues-a-toulouse-73218520.html

- http://www.clicanoo.re/318806-francois-bayrou-fier-des-langues-regionales.html

- http://www.nordeclair.fr/France-Monde/France/2012/04/01/les-langues-se-delient.shtml
- http://www.lexpress.fr/region/onze-idees-recues-sur-les-langues-regionales_1099691.html
- http://ee-crmip.org/eelv/archives/2379
- http://midi-pyrenees.france3.fr/info/eva-joly-invitee-du-journal–73230619.html
- http://www.sudouest.fr/2012/04/02/maree-sang-et-or-676027-706.php

http://observers.france24.com/fr/content/20120404-defenseurs-langues-regionales-mobilisent-approche-presidentielle-francaise-occitan-basque-breton-toulouse

-http://www.lasetmana.fr/anem-oc/3178-la-protesta-de-tolosa-es-estat-una-capitada

- http://www.lasetmana.fr/anem-oc/3182-anem-oc-una-jornada-militanta-e-festiva

Et également sur le site en ligne de la Setmana:

Des photos: http://www.lasetmana.fr/escotar-veire/fotos/3175-anem-oc-2012–lalbum-de-fotos

Des vidéos: http://www.lasetmana.fr/escotar-veire/videos/3177-la-manifestacion-de-tolosa-en-video

Voir les photos de la manifestations sur le blog du CIRDOC

Pour en savoir plus, quelques ouvrages sur la politique linguistique en France et la place de l’occitan dans l’enseignement :

ABALAIN, Hervé, Le français et les langues historiques de la France, Paris : J.-P. Gisserot, cop. 2007. (COTE CIRDOC:353 ).
BERTILE, Véronique, Langues régionales ou minoritaires et constitution, Bruxelles, Bruylant, 2008. (COTE CIRDOC: 350 BER ).
Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, Strasbourg, Conseil de l’Europe, cop.2010. (COTE CIRDOC: 350);

Cafè Mescladís Teatre d’Òc le 8 Mars au CIRDOC !

Publicat lo 28 février 2012
per Bibliotecari

En avant-première, la Ville de Béziers, le Conseil Régional Languedoc Roussillon, le CIRDOC-Mediatèca Occitana et la Cie La Rampe-TIO vous proposent de découvrir les enjeux de la nouvelle pièce de Claude Alranq : « Sèm Fòrça ».

Entre Patrimoine Culturel Immatériel et création contemporaine, l’équipe artistique vous emmènera en voyage entre la clé du rêve et la tradition…


Programme:

Jeudi 8 Mars 2012

Au CIRDOC-Mediatèca Occitana
18h30:

Rencontre presse/auteur/public
Interviews, débats

19h30 :

Sèm Fòrça, Odyssée pataphysique
Performances artistiques…en présence de l’équipe de création.


©Vincent Roussillat

Entrée libre et gratuite mais places limitées !
Pensez à réserver !
Réservations au : 04 67 11 85 10 ou secretariat@cirdoc.fr


« Sèm fòrça »: Un spectacle héroïco-comique de Claude Alranq

«Sèm fòrça : nous sommes en nombre», est la devise écrite sur «Lo Camèl», le chameau, animal totémique de Béziers. Elle en côtoie aussi une autre «ex antiquitate renascor: je renais de l’antiquité».
L’auteur languedocien Claude Alranq propose une comédie contemporaine, nourrie de mythologie méditerranéenne et d’histoire qui détiennent le secret de ces devises.


« Paparine est la nouvelle et malicieuse domestique de Pépézuc, un des
derniers feurons d’une grande dynastie vigneronne. Lors de la Feria des
vendanges, elle découvre que son maître a 2 visages : à jeun, il manifeste le
réalisme patronal le plus redoutable ; ivre, il caresse les plus folles utopies.
Mais voilà que les divinités de l’Olympe jettent leur dévolu sur le patrimoine
pépézuquien pour y créer un village-vacances !
Aussitôt, l’ébouriffant duo Pépézuc–Paparine entraîne le Pays biterrois à
travers une « odyssée pataphysique »… »

Programme :

La pièce sera présentée au Théâtre des Franciscains de Béziers
Vendredi 16 à 20h, Samedi 17 à 19h30 et Dimanche 18 mars à 17h
Réservations : Théâtre Municipal – Ville de Béziers – 04 67 36 82 82

Pour voir les coulisses de la création :

David d’Angers au CIRDOC

Publicat lo 21 février 2012
per Bibliotecari

Le 23 septembre dernier, le CIRDOC faisait l’acquisition à Drouot du médaillon en plâtre de David d’Angers représentant le poète occitan Jean Reboul (1796-1864) de Nîmes. Cette pièce unique vient à la fois enrichir les collections occitanes du CIRDOC et compléter une série d’œuvres importantes du même artiste conservée à Béziers , ville dans laquelle Reboul avait des attaches personnelles.

David d’Angers et la ville de Béziers

C’est en effet à David d’Angers que la ville de Béziers doit la statue monumentale de Pierre-Paul Riquet érigée le 27 octobre 1838. La Société archéologique scientifique et littéraire qui en est à l’origine, fit le choix du sculpteur dont le ciseau venait, un an plus tôt, d’immortaliser officiellement les gloires de la nation par la fresque au fronton du Panthéon. Les relations amicales entretenues par les érudits biterrois et l’artiste dès cette date seront à l’origine de la décoration du Théâtre de Béziers qui compte « médaillons et bas reliefs offerts gratuitement » par l’artiste à la Ville en 1845, en témoignage de sa reconnaissance.

David d’Angers  (Angers, 1788 – Paris, 1856)

Né à Angers en 1788, le jeune Pierre-Jean David s’installe à Paris et se présente au concours du prix de Rome, auquel il est reçu en 1811. Il séjourne en Italie pendant quatre ans et y découvre l’art antique, qui le marque profondément. Bénéficiaire, en sa jeunesse, d’une bourse accordée par sa ville natale, David accole à son patronyme celui d’Angers.

Tout au long de sa carrière, il envoie ses œuvres au musée de sa ville et dès 1839, une galerie est inaugurée au Musée des Beaux-arts. Républicain convaincu, ardent défenseur des Droits de l’Homme, il s’est engagé, par ses écrits, par le choix des personnages qu’il représente, par son action politique. Il meurt à Paris en 1856.

Jean Reboul et son temps

Le médaillon du poète nîmois Reboul par David d’Angers, aujourd’hui conservé par le CIRDOC, a été réalisé en 1842 ; le bronze se trouve au Musée d’Angers ( Musée d’Angers, Numéro d’inventaire:  MBA 843 2 12). Il s’inscrit dans l’importante production de portraits-médaillons réalisée par l’artiste destinée, comme les statues érigées en l’honneur des glorieux citoyens, à diffuser l’image des grands hommes afin d’éduquer le peuple.

Jean Reboul, est né à Nîmes le 23 janvier 1796, fils d’un serrurier et décédé dans cette même ville le 29 mai 1864.

Artisan boulanger et poète autodidacte, il publiera en 1828 « l’Ange et l’enfant » remarquée par Lamartine qui lui dédiera Le Génie dans l’obscurité (Harmonies poétiques et religieuses – Livre troisième). Cette dédicace sera une révélation pour le poète qui dira : « Je vis longtemps passer l’indifférence devant moi, mais enfin vous parûtes, et la pauvre muse délaissée, réchauffée aux rayons de votre gloire, revint à la vie et à l’espérance, et multiplia ses chants jusques à former ce volume, qui, sans vous encore, n’aurait peut-être pas vu le jour… ».

Parmi ses autres productions, son poème « le dernier jour » fut de ceux qui assurèrent sa réputation. Alexandre Dumas comme Chateaubriand lui rendront visite. Le passage de ce dernier à Nîmes le 24 juillet 1838, laissera cette anecdote savoureuse : « Je l’ai trouvé, dit-il, dans sa boulangerie, je me suis adressé à lui sans savoir à qui je parlais, ne le distinguant pas de ses compagnons de Cérès : il a pris mon nom et m’a dit qu’il allait voir si la personne que je demandais était chez elle. Il est revenu bientôt après et il s’est fait connaître. Il m’a mené dans son magasin ; nous avons circulé dans un labyrinthe de sacs de farines et nous sommes grimpés sur une espèce d’échelle dans un petit réduit comme dans la chambre d’un moulin à vent. Là nous nous sommes assis et nous avons causé. J’étais heureux comme dans mon grenier à Londres et plus heureux que dans mon fauteuil de ministre à Paris ».

En 1842 David d’Angers se rend chez Reboul pour l’exécution du médaillon:

« A Nîmes, je suis allé voir Reboul, le poète. Pour monter à la chambre où il reçoit ses visiteurs, il faut traverser la boutique où l’on vend le pain, ainsi que la boulangerie, à travers une double haie de sacs de farine. J’ai dessiné son profil qui va me permettre de modeler son médaillon que je veux lui offrir. Nous avons passé quelques heures dans une sorte d’ivresse poétique. Sa conversation est substantielle, animée comme celle des méridionaux, mais une saine raison gouverne ses idées. Nous avons visité la terrasse qu’il a fait élever sur sa maison. C’est là qu’il travaille pendant la journée, à l’air vif, protégé contre le soleil par un frêle réduit d’où la vue est splendide.« 

Le 6 septembre 1842 Reboul répondra à David par la lettre suivante:

« Monsieur,

Je n’ai que le temps de vous remercier de votre magnifique envoi. Cela a réjoui toute ma famille, et c’est autant en son nom qu’au mien que je viens vous témoigner toute notre reconnaissance: le poète, plus tard, si la muse daigne le gratifier de quelque inspiration, se réserve de le faire d’une autre manière.

Oui, Monsieur, en jetant les yeux sur le médaillon qui offre l’empreinte de mes traits, je me rappellerai de vous, et surtout de l’entretien que nous eûmes ensemble et dans lequel vous développâtes les théories de l’art, que vous faisiez descendre de la sources de toute intelligence, et de cette réponse faite à un jeune artiste qui vous demandait le secret du sublime: « Soyez homme d’honneur ». Toute cette élloquence de conversation, mille fois plus persuasive que le langage d’apparat et les pages les plus brillantes, est là, fixé dans mon souvenir, et certes l’insigne honneur que je viens de recevoir de vous ne servira pas peu à l’y maintenir, s’il est possible, encore davantage.

Mes respectueux souvenirs à Madame David.

Je suis Monsieur, avec une vive reconnaissance, votre tout dévoué serviteur et admirateur,

J. Reboul. »

La ville de Nîmes baptisera en 1865 une rue au nom de Jean Reboul et c’est en 1866, que l’évêque de Nîmes Mgr Plantier fit placer sur la façade de sa maison, un médaillon commémoratif représentant le poète. Le 17 mai 1876, une manifestation solennelle sera organisé à l’occasion de l’inauguration au jardin de la Fontaine, de la statue de Reboul due au ciseau de Bosc. Elle se poursuivra par un grand spectacle organisé par la municipalité au grand théâtre, où Roumanille, au nom des félibres, prononça un discours en langue d’oc.

En savoir plus :

- Reboul au CIRDOC :

- Un liame de rasin, Avignon, J. Roumanille, 1865. (Cote CIRDOC : CAB 1057).

- Poésies de Jean Reboul de Nîmes ; précédées d’une notice biographique et littéraire. Nouv. ed. revue et augmentée par l’auteur. Paris, H.-L. Delloye, 1840. (Cote CIRDOC : CAB 1263).

- Poésies par Jean Reboul ; préf. par M. A. Dumas ; lettre à l’éditeur par M. de Lamartine.– 4e éd. rev. et corr. Paris, C. Gosselin, 1837. (Cote CIRDOC : CAB 1360).

- David d’Angers :

-L’exposition David d’Angers , les visages du romantisme actuellement présentée à la Bibliothèque nationale de France, Site Richelieu, Cabinet des médailles, est ouverte jusqu’au 25 mars et nous fait découvrir l’étendue de la production de cet artiste rendu célèbre par ses portraits et médaillons. (Plus d’infos: cliquer ICI).

- Thierry Laugée, Inès Villela-Petit, David d’Angers, les visages du romantisme, Paris, BnF, 2011.

- Janine et Alex Bèges, Mémoire d’un théâtre : opéra, théâtre, musique et divertissements. Préf. de François Lesure,…. Béziers, Société de musicologie de Languedoc, 1987. p. 70. (Cote CIRDOC : CAC 47)

- Lettre de Jean Reboul à M. A. de Lamartine, Nîmes, avril 1836.

- Henry Jouin, David d’Angers sa vie, son œuvre, Paris, 1878, T. I, p. 413-414.

- Henry Jouin, David d’Angers et ses relations littéraires, Paris, 1890, p. 211-212.

Junior Sans (1820-1905) est le moins connu des poètes et félibres biterrois de la fin du XIXe siècle. Son buste sculpté n’est pas au Plateau des poètes, pourtant une rue de Béziers porte son nom dans le quartier des Félibres. La découverte récente de ses manuscrits déposés au CIRDOC vient nous révéler toute la dimension de cet auteur qui connut une véritable renommée auprès du public biterrois et rencontra la sympathie de nombreuses personnalités dont Frédéric Mistral ou encore du poète montpelliérain Joseph Loubet qui le reconnaîtra comme son maître à penser avec Stéphane Mallarmé.

Gilles Bancarel, responsable des fonds patrimoniaux au CIRDOC, présentera jeudi prochain à 15h15 à la Société Archéologique de Béziers (Hôtel Bergé) les dernières découvertes concernant Junior Sans. Entrée libre et gratuite.

A l’occasion des Journées européennes du Patrimoine 2011, Dominique Lautré nous fera voyager le 17 septembre prochain dans le Béziers occitan de l’époque de Molière. A travers la lecture de pièces du XVIIème siècle, vous découvrirez le Théâtre de Béziers, un ensemble d’oeuvres littéraires rédigées en opposition à l’hégémonie du pouvoir royal de ce temps.

Le Capitaine Pepesuc.@CIDO

Au XVIIème siècle, les fêtes des Caritats durent à Béziers près d’une semaine. Au cours de celle-ci, les cortèges et défilés se succèdent derrière les emblèmes et signes d’identité de la ville que sont Lo Camel, la Galère, Papari, Pepezuc.


Ces manifestations permettent de rappeler le souvenir des faits historiques de la cité et de les restituer par le langage de la fête, propice à la fois à la sensibilisation du public et à la création artistique. Ainsi de génération en génération, l’histoire de la cité se transmet à travers ses épisodes les plus spectaculaires et ses personnages les plus marquants.

Ces rassemblements s’accompagnent de représentations théâtrales connues sous le nom de Théâtre de Béziers. Elles représentent un ensemble d’œuvres littéraires du plus haut intérêt. Les personnages comme Pepezuc y prennent la parole pour déclarer :

L'Antiquité du triomphe de Besiers au jour de l'Ascension

Car qu’es Beziers sans lo Camel

Qu’un gros bronhon sans ges de mel

Car qu’est Béziers sans le Chameau

Qu’une grosse ruche sans miel

Grandes fêtes populaires, les Caritats constituent également une affirmation identitaire face aux vues hégémoniques du pouvoir royal.Dans ce contexte festif et politique Béziers se distingue avec son Chameau, comme une ville qui a su mieux que les autres défendre son caractère méridional et son identité.
A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2001 au CIRDÒC, Dominique Lautré nous entrainera à la découverte de ce Béziers occitan de l’époque de Molière, par des lectures théâtralisées des pièces qui captivèrent les foules du XVIIème siècle.

Pour en savoir plus:

  • Carte postale Journées Européennes du Patrimoine 2011 au CIRDÒC.
  • Société Archéologique de Béziers. Le théâtre de Béziers ou Recueil des plus belles pastorales et autres pièces historiées représentées au jour de l’Ascension en ladite ville et composées par divers auteurs en langue vulgaire 1616-1657. Edité vers 1859. (Cote CIRDOC:  CR XIX-124).
  • CIDO. Le « Théâtre de Béziers » : Béziers au XVIIe siècle. Catalogue de l’exposition présentée au Musée des Beaux-Arts de Béziers, du 25 avril au 17 mai 1983. Béziers, 1983. (Cote CIRDOC: 849.78 THE).
Nuit des musées
Création Joachim Mogarra avec le soutien de NEUFLIZE VIE, Graphisme Jour Ouvrable

Le CIRDOC à participé à la 7ème édition de la Nuit européennes des Musées, le  samedi 14 Mai au Musée du Biterrois.

Autour du « Bréviaire d’Amour »

Cette oeuvre du XIIIème siècle, écrite par le troubadour biterrois Matfre Ermengaud, était présentée et expliquée par le biais de plusieurs animations :
-une borne interactive permettant de feuilleter virtuellement le manuscrit
-la présentation en vitrine du fac-similé du Bréviaire conservé à St Petersbourg
-des panneaux racontant son histoire et son parcours
-des interventions présentant l’Occitanie et les troubadours au XIII ème siècle
-des intermèdes musicaux proposant des musiques et des chants médiévaux

Le public pouvait également accéder aux salles du musée et voir l’exposition temporaire de Sylviane Sénéscal « Rivages, itinéraire d’un regard ».

Frédéric Mistral à BéziersLes visiteurs du CIRDOC-Médiatèca occitana peuvent découvrir dès aujourd’hui une exposition qui retrace 100 ans d’écriture occitane à Béziers. On découvre que Béziers occupa une place centrale dans le mouvement de renaissance de la civilisation d’Oc portée à partir des années 1850 par le Félibrige autour de la figure de Frédéric Mistral. Le prix Nobel de Littérature et fondateur du Félibrige entretenait de nombreux rapports avec Béziers et ses nombreux écrivains de langue d’oc. L’exposition est l’occasion de découvrir une sélection de documents biterrois conservés dans les collections patrimoniales du CIRDOC (affiches, photographies anciennes, livres, manuscrits, etc.)

A découvrir dans le hall du CIRDOC-Mediatèca occitana (place du 14 juillet), du lundi au vendredi 13h-18h, entrée libre.

Gilles Bancarel, bibliothécaire au CIRDOC et commissaire de l’exposition, proposera une conférence sur Mistral et Béziers, jeudi 10 février 2011, à 15h15 à la Société archéologique de Béziers (Hôtel Bergé, rue des docteurs Bourguets, au cœur du vieux-Béziers. Site de la société archéologique de Béziers.

Lo Cèrcle Occitan de Besièrs vos convida a un punt-premsa per parlar de son 40en aniversari.

Vendredi 14 janvier à 14h au CIRDOC, le Cercle Occitan de Béziers présentera les animations qu’il organise à l’occasion de son quarantième anniversaire : conférences, spectacles… sur le thème de la place de la femme.

Conception CIRDÒC
Designed by : casinos online   coded  by : online slots | business hosting | full tilt poker code